Les produits biologiques : un secteur prometteur

Octobre 2008

Le secteur des produits alimentaires biologiques constitue actuellement un marché en pleine croissance. L’Europe est, par exemple l’un des marchés où les produits biologiques sont très sollicités. En effet, La quantité des produits « bio » consommés a enregistré un trend haussier remarquable. Ainsi, une réglementation rigoureuse a vu le jour afin de régir ce mode de production. Par ailleurs, la production bio inclut plusieurs classes de produits parmi lesquelles on trouve : les produits agricoles bio, les produits liés à la transformation des aliments biologiques pour animaux et les produits liés à la transformation des denrées alimentaires biologiques.

L’agriculture biologique est un système de production agricole particulier qui se base, uniquement, sur des substances naturelles (engrais biologiques, poudres de roche, composts, essences de plantes) et interdit l’utilisation des produits chimiques de synthèse, les organismes génétiquement modifiés (OGM) et limite l’usage des intrants. Elle a recours à des pratiques d’élevage et culturales spécifiques en vue du respect des équilibres écologiques et de l’autonomie des agriculteurs. JPEG - 21.5 ko En effet, les principes de l’agriculture biologique sont nés en Europe au début du 20ème siècle. Des agronomes, des médecins, des agriculteurs et des consommateurs ont développé des courants philosophiques et agronomiques ayant pour finalité le respect des équilibres naturels et la prévention de la santé humaine contre les différents effets négatifs des produits chimiques utilisés dans l’agriculture. Ainsi, l’agriculture biologique est dite autonome, économe et non polluante.

Elle permettra de :

- Protéger et respecter les écosystèmes naturels ;

- Favoriser le recyclage ;

- Améliorer la fertilité naturelle des sols ;

- Préserver la biodiversité et les équilibres naturels du sol et des plantes ;
- Produire des aliments équilibrés et de haute qualité nutritive ;

- Protéger la santé humaine et animale ;

- Etablir des liens avec les consommateurs ;

- Créer des emplois dans le secteur agricole ; etc.

Le marché des produits alimentaires biologique est toujours en phase de croissance. Selon l’IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movement), la surface mondiale cultivée selon le mode biologique a été estimé en 2006 à près de 30,5 millions d’hectares répartis sur prés de 719 000 exploitations agricoles.

En 2006, l’Australie et le Pacifique son classés les premiers avec 12,38 millions d’ha, suivis par l’Europe avec 7,39 millions d’ha, l’Amérique centrale et du sud avec 4,19 millions d’ha, l’Afrique à 417000 d’ha et enfin l’Asie avec 3,09 millions d’ha. JPEG - 17.5 ko

Réglementation en agriculture biologique

est strictement réglementée. En effet, les réglementations en vigueur définissent les principes de production, de préparation et d’importation, les produits à utiliser, les méthodes de contrôle, de certification, de sanction et d’étiquetage, les pratiques d’élevage, etc.

Ces réglementations varient selon les régions du monde, mais elles s’intéressent toutes aux principes du respect des équilibres naturels et à la protection de la santé des consommateurs.

Réglementation à l’échelle internationale :

Au niveau international, l’agriculture biologique est régie par le codex alimentarius. Ce dernier définit les règles de production et de préparation, les systèmes d’inspection et de certification, les conditions d’importation, l’étiquetage et les allégations…

Réglementation européenne :

Dans l’Union Européenne (EU), une nouvelle réglementation communautaire vient d’être adoptée le 1er janvier 2009. Il s’agit du règlement (CE) n°834/2007 qui a remplacé le règlement (CEE) n°2092/91 modifié. Cette réglementation s’applique à tous les états membres de l’UE. Elle est éventuellement complétée par d’autres dispositions nationales supplémentaires. En France, les opérateurs de la filière biologique sont régulièrement soumis à des contrôles, avant commercialisation, par des organismes de contrôle agréés par le Ministère de l’agriculture, à savoir Qualité France, Agrocert, Certipaq, Ecocert…Ces contrôles portent sur l’ensemble du système de production. Une fois les produits contrôlés et déclarés conformes à la réglementation, un certificat est délivré par l’organisme certificateur.

Réglementation américaine :

La réglementation américaine relative aux produits biologiques est citée dans le Code of Federal Reglementation : 7 CFR 205 National Organic Program. Elle prévoit une certification biologique sous quatre dénominations : 100% de produits bio (100% Organic ) ; 95% au moins de produits bio (Organic) ; 70% au moins de produits bio (Made with organic) ; moins de 70% de produits bio (Contains some organic ingredients).

Réglementation marocaine : La réglementation marocaine portant sur les produits biologiques n’est pas encore réalisée. Des dispositions régissent actuellement ces produits dans l’attente de l’élaboration d’une réglementation adaptée afin d’acquérir une reconnaissance internationale. A signaler qu’au Maroc, deux principaux organismes internationaux de contrôle assurent la certification des producteurs de ce secteur à savoir ECOCERT SA et Qualité France.

Etiquetage et logo

Les réglementations susmentionnées régissent également l’étiquetage des produits biologiques. En effet, cet étiquetage doit être facilement visible sur l’emballage. L’organisme de contrôle ayant certifié le produit concerné (par un code), le logo communautaire ainsi que le lieu de provenance des matières premières doivent être mentionnés sur l’étiquette. JPEG - 94.3 ko

Produits liés à la transformation des aliments biologiques pour animaux

Lorsqu’on parle des aliments biologiques pour animaux, il y a autant de types d’alimentation qu’il y a d’espèces. En effet, les animaux sauvages, les animaux d’élevage et les animaux de compagnie ne mangent pas de la même manière ni les mêmes choses. Qu’ils soient herbivores, carnivores ou omnivores, les animaux ont besoin d’une alimentation riche en apports énergétiques et nutritionnels. En prenant comme exemple les aliments du bétail, ces derniers ne sont pas conçus simplement pour améliorer la santé de l’animal, mais aussi celle du consommateur.

C’est pourquoi les agriculteurs biologiques nourrissent leurs bêtes avec des aliments biologiques qui leur assurent une croissance équilibrée. En Europe, les opérateurs dans ce secteur de production sont ammenés à respecter des règles de production qui ont comme objectif d’aboutir à un produit spécifique et distingué des autres produits non bio. La production d’aliments biologiques transformés pour animaux est séparée dans le temps et dans l’espace de la production d’aliments non biologiques transformés pour animaux.

Concernant les matières premières utilisées, elles doivent être issues de matières premières biologiques, sauf lorsque cellesci ne sont pas disponibles en bio. Les additifs alimentaires et auxiliaires de transformation sont utilisés uniquement lorsque c’est absolument nécessaire ou s’ils répondent à un véritable objectif nutritionnel.

Les ingrédients suivants sont interdits dans l’alimentation animale biologique  : les hormones de croissance, les acides aminés synthétiques et les organismes génétiquement modifiés (OGM). D’autres ingrédients, comme ceux listés ci-dessous, ne peuvent être utilisés que sous certaines conditions : les ingrédients non biologiques d’origine végétale, les ingrédients d’origine animale et minérale, les additifs alimentaires, les aides à la nutrition animale comme les enzymes et les micro-organismes. La qualité de l’alimentation des animaux consommés par l’homme a une répercussion non seulement sur la santé de l’animal lui-même mais aussi sur celle de l’homme en tant que consommateur final. C’est pourquoi il est primordial d’assurer un système de contrôle sophistiqué de ces produits.

Produits liés à la transformation des denrées alimentaires biologiques

Les denrées alimentaires biologiques sont produites principalement à partir d’ingrédients d’origine agricole. Les additifs, les auxiliaires technologiques, les arômes, l’eau, le sel, les préparations de microorganismes et d’enzymes, les minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, ainsi que les acides aminés et les autres micronutriments destinés à une utilisation nutritionnelle particulière peuvent être utilisés dans les denrées alimentaires. Les fruits et légumes biologiques sont issus d’une agriculture qui n’utilise pas d’engrais chimiques. Cela constitue un avantage environnemental car on évite ainsi la consommation de matières premières d’origine pétrochimique.

Pour la lutte contre les ravageurs, l’agriculture biologique n’utilise que les substances d’origine naturelle, autorisées par la réglementation relative à l’agriculture biologique. Ces pratiques bénéficient à l’environnement et à la santé des consommateurs puisque aucun résidu de pesticide ne se retrouve ni dans les sols ni sur les aliments.

Quant aux produits de la viande et du lait, les vaches reçoivent plus de nourriture naturelle et moins de médicaments vétérinaires préventifs. Les producteurs de viande biologique favorisent la qualité plutôt que la quantité : le bien-être animal est assuré en prévoyant l’espace nécessaire pour permettre aux animaux de bouger librement. En outre, les races utilisées ont une croissance plus lente. La nourriture est essentiellement d’origine naturelle et comprend moins de fourrages concentrés. Par conséquent, le temps nécessaire à la production est plus long. Pour le consommateur, ces conditions d’élevage garantissent une viande ferme et de meilleur goût. Le marché des produits bio est un marché en développement, d’où la nécessité d’instaurer un système de contrôle rigoureux.

Par ailleurs, les produits biologiques sont en moyenne plus chers que les produits conventionnels. Cela s’explique par des méthodes de production plus respectueuses de l’environnement et du bienêtre animal et une production à plus petite échelle, nécessitant plus de main d’oeuvre. Mais, le succès des produits biologiques auprès des consommateurs s’accroît et la différence de prix tend à diminuer. On trouve aujourd’hui certains aliments biologiques au même prix que des aliments conventionnels.

Pour en savoir plus

www.agencebio.org

www.inspection.gc.ca

www.access.gpo.gov


-->

Brèves

Le premier jury marocain accrédité pour la dégustation de l’huile d’olive

Août 2012
Le Conseil Oléicole International (COI) a accrédité un jury de l’Etablissement Autonome de Contrôle (...)
 

Contrôler les températures de stockage grâce à un emballage "intelligent" !

Juillet 2012
Une équipe brésilienne de chercheurs, de l’université fédérale de Sao Paolo et de l’université d’état (...)
 

Détection rapide des dioxines, antibiotiques, colorants et autres substances nocives

Juillet 2012
Une méthode non destructive, rapide et hautement sensible pour la détection des substances (...)
 

Du nouveau dans l’étiquetage alimentaire

Juillet 2012
Le parlement européen vient d’adopter une nouvelle réglementation sur l’étiquetage des denrées (...)
 

Un goût umami dans les arachides !

Juillet 2012
Une équipe de chercheurs, de l’académie des sciences chinoise et de l’université de technologie de (...)
 

Agenda

<<

2014

>>

<<

Juillet

>>

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Aujourd'hui

Aucun évènement à venir les 6 prochains mois