Les produits alimentaires allégés…

Avril 2011

Apparus pour la première fois, en France, au début des années 60, les produits allégés se limitaient auparavant au lait écrémé et au fromage blanc. Quelques années plus tard, ces produits ont envahis les rayons de nos hypermarchés et sont devenus, ainsi, une partie intégrante de notre paysage alimentaire. Actuellement, on trouve une panoplie de produits allégés et chaque catégorie de produits propose, effectivement, son double en version light : les boissons, les yaourts, les margarines, les biscuits, les confiseries, le chocolat, la charcuterie, les plats préparés, etc. Une alimentation allégée de A jusqu’à Z est, désormais, possible.

Allégé, light, léger, diététique…quelle différence ?

Un produit allégé est un produit moins riche en calories par rapport à sa version classique. Selon le Conseil national de la consommation (CNC-France) la dénomination « allégé » (en sucre ou en matières grasses) est un adjectif réservé à une « denrée destinée à une alimentation courante », sans indication relative au régime ou à l’amaigrissement sur l’emballage.

En outre, « Allégé » est le seul terme qui est soumis à une réglementation. En effet, un produit est dit « allégé en… », lorsque sa valeur calorique ou sa teneur en une substance donnée est réduite d’au moins 25% par rapport à un produit de référence, bien connu.

« D’après le Codex alimentarius, référence internationale en matière des normes alimentaires, pour être qualifié d’« allégé » un produit doit avoir une teneur en nutriments ou en calories inférieure d’au moins 25% par rapport à un produit « normal ». »

Ainsi, un produit dit « allégé » doit remplir les conditions suivantes :

-  L’allègement, en certains composants, ne doit pas changer la nature fondamentale du produit ;

-  Le qualificatif « allégé » ne peut être autorisé que par rapport à un produit de référence (non allégé) déjà existant, défini par la réglementation ou par un usage ;

-  Les mentions « allégé en sucre » ou « allégé en matières grasses » doivent figurer sur l’étiquette du produit en mentionnant la proportion d’allègement (le pourcentage (%) de la réduction du constituant et la valeur énergétique globale) ;

-  Aucune évocation relative à l’amaigrissement ou à un régime ne peut lui être associée.

Par ailleurs, lorsqu’un produit alimentaire ne répond pas aux critères susmentionnés, le terme « allégé » ne peut pas lui être attribué. Cependant, les fabricants utilisent d’autres dénominations, qui n’ont pas de définition légale, telles que « light », « léger », « diététique », « basses calories », etc. pour dire qu’un produit est moins gras et/ou moins sucré qu’un produit classique. Ces appellations signifient, aux yeux des consommateurs, pourtant la même chose. En industrie agroalimentaire, « léger » est un terme français qui désigne un aliment peu calorique et digeste. Quant au terme « light », originaire des Etats-Unis, c’est l’équivalent anglais de « léger ».

L’expression « diététique » est souvent relative, chez les consommateurs, à un aliment bénéfique pour la santé. Or, les qualificatifs « aliment de régime » ou « aliment diététique » ne peuvent être utilisés que pour des produits répondant à certaines conditions rigoureuses, à savoir :

- Une composition différente de celle des aliments de consommation courante (ex : produits sans gluten, produits à teneur réduite ou très réduite en sodium, aliments à teneur garantie en magnésium,…) ;

- Une utilisation particulière (ex : aliments destinés aux nourrissons et enfants en bas âge).

Par ailleurs, ces produits diététiques sont soumis à plusieurs contrôles concernant la qualité des matières premières, les exigences en matière d’hygiène, les conditions sur la composition des préparations, la liste des additifs autorisés, les dispositions relatives à l’étiquetage, la présentation, la publicité, etc.

Allégé en quoi et en quelle quantité ?

On distingue deux grandes catégories des produits allégés :

-  Les produits allégés en matières grasses ;

-  Les produits allégés en sucre.

* Les allégés en matières grasses :

-  Un produit « sans matières grasses » contient au maximum 0,5g de matières grasses pour 100g ou 100ml ;

-  Un produit à « faible teneur en matières grasses » contient moins de 3g de matières grasses pour 100g ou 1,5g pour 100ml ;

-  Pour les matières grasses tartinables, elles sont classées comme suit :

- Un beurre ou une margarine standard contiennent plus de 80% de matières grasses ;

- Un beurre ou une margarine dit « allégé » ou « à teneur réduite en matières grasses » contient entre 41% et 62% de matières grasses ;

- Un beurre « léger », « light » ou « à faible teneur en matières grasses » contient entre 39% et 41% de matières grasses ;

- La matière grasse laitière à tartiner contient entre 10% et 39% de matières grasses. Dans ce sens, l’appellation beurre n’est plus autorisée.

« La législation européenne définit les matières grasses tartinables comme étant des produits dont la teneur en matières grasses est de 10 % minimum et de 90 % maximum de leur poids total et qui gardent une consistance solide à 20 ° C. »

Pour l’allègement des produits en matières grasses, les industries agroalimentaires utilisent différentes techniques afin de préserver le goût, le volume et la texture des produits allégés :

-  L’augmentation du pourcentage de viande par rapport à celui du gras (ex : saucisses) ;

-  Le remplacement d’une partie du gras par des amidons, des fibres, des gélifiants, des sucres ou de protéines végétales (ex : yaourts, desserts, mayonnaises, plats cuisinés, etc.) ;

-  L’adjonction de l’air (ex : crème glacée, mousse au chocolat, …) ou de l’eau (ex : beurre et margarine). On appelle cette opération le foisonnement. Elle désigne la modification du volume occupé par une matière fragmentée par inclusion d’air ou d’eau.

Ces techniques d’allégement en graisses sont multiples et variées et rien n’empêche de les combiner.

* Les allégés en sucre :

-  Un produit « allégé en sucre » dit également « light » ou « à teneur réduite en sucre » doit contenir au minimum 25% de sucre en moins par rapport au produit classique ;

-  Un produit « sans sucre » ne contient pas plus de 0,5g de sucre par 100g ou 100ml ;

-  Un produit « à faible teneur en sucre » contient, pour 100g de produit, moins de 5g de sucre ;

-  Un produit « sans sucre ajouté » désigne qu’aucune substance sucrante (saccharose, sucre de cuisine,…) n’a été rajoutée dans le produit. Néanmoins, le produit pourrait être naturellement sucré (ex : sucre du fruit).

Pour alléger un produit en sucre, plusieurs méthodes sont utilisées :
-  La diminution de la quantité de sucre ajoutée au produit fini ;

-  La substitution du sucre en utilisant les édulcorants (l’aspartame, le saccharine, le sorbitol, l‘acésulfame de potassium, …).

Produit allégé…produit classique

* Le prix

Il existe une différence remarquable en matière de prix pour les produits classiques en comparaison aux produits allégés. Ces derniers sont généralement beaucoup plus chers par rapport à leurs homologues non allégés. Ceci peut être expliqué par un coût de fabrication plus élevé pour obtenir l’allégement.

* La valeur énergétique

Le bilan calorique des produits allégés reste malgré tout très élevé. En effet, un produit allégé en matières grasses ou en sucre n’est pas systématiquement moins calorique. Toutefois, l’allègement en matières grasses peut, effectivement, être équilibré par une augmentation de sucre pour que le produit final reste mangeable (corriger la mauvaise tenue en bouche du produit) et conserve sa texture ragoûtante… et vice versa.

Les produits allégés font-ils vraiment maigrir ?

Les produits allégés n’ont pas démontré un grand intérêt pour la perte du poids. Cependant, selon le Centre d’études et de documentation du sucre (CEDUS-France), ces produits pourraient constituer une aide, au régime amaigrissant, dans le cadre d’une alimentation saine, contrôlée et bien équilibrée.

En outre, la plupart des personnes, consommateurs des produits allégés, tombent dans le piège du « ce n’est pas grave, c’est du light, on peut en manger plus ». Or, afin de garder la ligne et de bien contrôler son poids, il faut toujours lire les étiquettes, attentivement, pour vérifier la composition des aliments en comparant la quantité de matières grasses et du sucre ainsi que le nombre des calories du produit allégé par rapport au même produit dans sa version originale.

Tableau 1 : Comparaison entre produit classique et produit allégé JPEG - 183.2 ko

Pour en savoir plus

www.danger-sante.org

www.groupe-bel.com

www.lesucre.com


-->

Brèves

Les effets de la consommation des fructo-oligosaccharides sur l’obésité

Octobre 2012
Selon une étude japonaise, conduite par le docteur Yuko Nakamura de la société pharmaceutique (...)
 

L’effet de l’acide tannique sur l’allergie aux arachides

Octobre 2012
Des chercheurs du Département de l’agriculture des Etats-Unis (USDA), ont évalué la capacité de (...)
 

Des oméga 3 pour améliorer les produits alimentaires fonctionnels à base de protéines de poissons

Août 2012
Des scientifiques de l’Université de la Virginie Occidentale ont démontré que les produits (...)
 

Des extraits des plantes aromatiques pour améliorer l’activité antioxydante des biscuits

Août 2012
Des chercheurs serbes de l’Université de Novi Sad (Institut de technologie alimentaire) ont (...)
 

Des co-produits de champignons pour améliorer le profil nutritionnel des produits de grignotage

Août 2012
Des chercheurs de l’Université métropolitaine de Manchester ont montré que l’usage des co-produits, (...)
 

Agenda

<<

2014

>>

<<

Juillet

>>

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Aujourd'hui

Aucun évènement à venir les 6 prochains mois